Les bonnes pubs sexistes

pub sexiste

Quel cadeau pour Noël ?

A quoi sert une femme ?

A quoi sert une femme ?

Même une femme pourrait le faire ...

Même une femme pourrait le faire ...

Publicités

~ par procrastineuse sur mai 18, 2009.

Une Réponse to “Les bonnes pubs sexistes”

  1. Ingénieur 11 heures par jour dans une grande usine automobile, il aurait pu s’abandonner avec délice dans les méandres de la procrastination une fois rentré au foyer, assister au match de base-ball avec ses collègues de travail, aller faire un bowling avec Mr Smith. Mais non, bon époux qu’il était, Mr Kenwood s’était enfermé dans son garage des jours durant, que dis-je des semaines entière à penser, concevoir, élaborer, marteler, assembler, fignoler des technologies dont sa douce épouse devrait sans nul doute lui être reconnaissante à jamais. Ainsi naquit le Super Outskin Patator, fameux éplucheur de pomme de terre, ou bien encore le Flat Tie Express, repasseur de cravate en 7 secondes chrono et une foultitude d’inventions pratiques destinées à matérialiser le bonheur de la maîtresse de maison. Bref l’homme avait à coeur de cerner et réaliser les rêves même les plus fous de sa chère et tendre. Son dernier enfant technologique ne fut-il pas l’ASTIC (Aspirateur ultramaniable avec rotor purificateur bactéricide et direction assistée) ?

    La gente féminine pourrait enfin, grâce à une vie matérielle ainsi facilitée, se consacrer toute entière à sa progéniture, à son nid douillet et bien entendu à l’homme à qui la maisonnée devait tout ou presque. Chaque tâche considérée jusqu’alors comme une corvée devenait pour Madame une source intarissable de loisir et de plaisir. Par exemple il arrivait parfois à Madame de se laisser aller à tourner le coquillage rose de sa machine à laver modèle « Blue dream » pour la mettre en marche: les tourbillons d’eau, les volutes de vapeur à travers le hublot ingénieusement agrémenté d’illustrations marines, le doux bruit du tambour évoquant le clapotis des vagues en mode « linge fragile » ; Mrs Kenwood voyageait ainsi dans des lieux paradisiaques où tout n’était que beauté luxe calme et volupté. Et que dire de cette patinette musicale qui transformait un simple passage de balai en une danse féérique ? Il suffisait de tirer la bobinette pour que la music-box égrène langoureusement les notes de « One day my prince will come » tandis que la poussière cédait sa place à la pureté du produit nettoyant sans rinçage intégré.

    L’oeuvre Kenwood devint vite planétaire et fut un succès pendant de nombreuses années. Mais voilà, l’altruisme ne paie pas et Mr Kenwood regretta bientôt son oeuvre charitable en découvrant le revers de la médaille. En effet alors qu’il était dans son atelier travaillant au nouveau profilage du « mum & baby clean », un change-couches automatique, Il vint à la cuisine consulter son aimée pour avis technique concernant l’épandeur de talc. Comme elle était en compagnie de ses meilleures amies pour une réunion Tupperware, nul doute que tous ces avis féminin lui seraient d’une aide précieuse.

    Mais alors qu’il approchait silencieusement, il sentait déjà un incompréhensible grondement de révolte. Il entendit parler de partage des tâches, d’éducation, de machisme, d’égalité des salaires, de politique et pis encore: d’EGALITE DES SEXES. Il avait trop donné, il payait aujourd’hui sa bonté d’âme. A l’instar d’Einstein et de la bombe atomique, Mr Kenwood avait libéré une arme dont il n’avait pu souçonner la portée et la violence. Comme un enfant gâté qui en veut toujours plus et ne sait pas se contenter d’un sort pourtant enviable,les femmes se voulaient indépendantes, prétendant même avoir des idées. La machine était lancée et le monde était en danger. Pas celle qui servait à laver le linge, non, celle qui allait épandre son fiel dans la plupart des pays et détruire des siècles de stabilité sociale, des millénaires de hiérachie familiale remis en cause. Cette terrible machine avait pour nom le féminisme. Il fallait agir et tout faire pour enrayer ce phénomène peut-être létal à l’échelle planétaire.

    Il retourna dans son atelier et cogita pendant plusieurs semaines. Comment empêcher ce phénomène de se reproduire…. comment….. empêcher… reproduire…. REPRODUIRE ? Oui elle était là la solution!!!! Il ressortit au bout de plusieurs mois, négligé, hirsute mais heureux. Il avait trouvé la parade pour que les féministes ne se reproduisent plus: Il tenait en main l’ultime invention : LA PILLULE CONTRACEPTIVE.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :