Pourquoi l’anglais a remplacé l’allemand comme langue du concept

les mots qui n'existent pasPlus d’un milliard de gens parlent anglais dans le monde, à tel point que c’est devenu la langue globale par excellence. On peut dénoncer l’impérialisme triomphant et la collusion américano-britannique, en vue d’imposer l’anglais comme langue-étalon dans les communications internationales. Je préfère m’interroger sur les raisons de ce succès planétaire.

Premièrement la langue anglaise est très riche, beaucoup plus riche que le français (contrairement à ce que laisse suggérer le « globish », cet anglais de la mondialisation complètement appauvri). Ensuite, c’est une langue souple et réactive, qui saisit le réel comme les concepts abstraits dans des tournures imagées et éloquentes. Pensons au vocabulaire récent des réseaux sociaux, comme Facebookicide (suicide sur Fb, ou acte de supprimer délibérément son profil) ou bien Twitterrhea (où l’on reconnaît la diarrhée verbale de celui qui twitte pour ne rien dire).

Voici une petite liste de mots très utiles qui n’ont pas (encore) d’équivalent satisfaisant en français (liste non exhaustive qui risque de se rallonger au fur et à mesure). Et pour tous ceux qui souhaitent rester à jour de l’argot et des néologismes anglais, lisez régulièrement le Urban Dictionnary

delusionnal
: en 4 syllabes, c’est se faire des films, être en plein déni de réalité. Souvent associé à l’érotomanie : « Hmm, je pense que ce garçon est amoureux de moi, ça se sent à la manière dont il m’évite, c’est très clair à la façon dont il me grommelle bonjour le matin, et puis il a couché avec ma copine rien que pour me rendre jalouse, c’est sûr, je le rends fou ».

douchebag : mot très en vogue pour désigner le « blaireau ». Attention, le douchebag est bien plus qu’un ringard ou un connard. C’est un mec (ou une fille, ne soyons pas sexistes), qui considère que ses atouts physiques et/ou son statut de social lui servent de légitimité. Il peut faire illusion les 5 premières minutes car il est souvent assez beau, mais  dès qu’il ouvre la bouche, c’est la douche froide …

extheist : se dit de celui qui a été élevé au sein d’une famille croyante et pratiquante mais qui a perdu la foi en cours de route. « tu es athée ou agnostique ? / Je suis exthée / Ah … « 

fug : mot valise formé sur « fucking ugly » pour désigner une chose particulièrement laide : un visage, une robe, une attitude … Son potentiel réside dans sa souplesse d’adaptation à tous les circonstances de la vie courante : Fugface, fuggery, fuglicious … A noter également fugable : ugly but fuckable.

nonversation : produit du langage phatique, fréquemment associé à MSN, au chat de FB et aux conversations matinales dans l’ascenceur. « ca va ? / oui, ça va et toi ? / ça va très bien merci, et toi ? / j’ai déjeuné d’une salade de poulet ce midi / ah oui ? c’est formidable, moi j’ai croisé Christophe Alévêque dans le métro / qui ça ? / Christophe Alevêque, le super comique / Connais pas … »

overthinking : le nom qui résume à lui tout seul l’action de se prendre la tête, de couper les cheveux en quatre et de se noyer dans un verre d’eau. Oui, il est possible de penser trop ! « Bon alors, si je lui de venir avec moi, elle va croire que c’est une excuse pour me retrouver en tête à tête avec elle, en même temps, ça m’embête d’y aller seul mais si je lui dis ça, évidemment, elle n’acceptera jamais de m’accompagner. »

rationnalize : j’adore ce verbe, qui encapsule à merveille la translation mentale qui nous fait procrastiner. A partir d’un objectif ou d’une tâche fixée, la rationnalization est le procédé par lequel nous essayons de nous convaincre qu’on peut y échapper. « Non, je ne vais pas me mettre à bosser sur cette présentation maintenant, alors que je pars dans 2 heures » ou « C’est juré, je me mets au régime bientôt, mais pour le moment, je vais terminer ce paquet de cookies » ou le traditionnel « A quoi bon que je le fasse puisque de toute façon personne ne le lira et à la limite c’est mieux vu que c’est supra nul … »

ringxiety : avez-vous souvent l’impression d’entendre votre téléphone sonner ou le sentir vibrer alors que personne n’essaie de vous joindre ? Alors vous avez de grandes chances d’être atteint de ringxiety …

social notworking : ou comment le Web 2.0 impacte la productivité en milieu professionnel …

Publicités

~ par procrastineuse sur avril 15, 2009.

Une Réponse to “Pourquoi l’anglais a remplacé l’allemand comme langue du concept”

  1. Tirés de mon expérience personnelle.
    A noter également, dans un genre beaucoup moins classe « Buface » qui ne vient pas de Butt-face mais de Butter Face, lui-même dérivé de But Her Face.
    En gros, un corps qui va bien, mais une tête qui ne suit pas.

    Gormous aussi. Contraction de Gorgeous et Enormous. S’utilise seulement pour les hommes, et signales les hommes forts (oui, gros) mais beaux gosses malgré tout.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :